Petit rappel historique

Dans l’antiquité

 

• Hippocrate (-458-377) conseille la pratique de l’équitation pour « régénérer la santé »

• Xénophon (-424 -347) déclare « Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le coeur »

• Asclépiade de Pruse (médecin et philosophe grec -124-40) recommande le mouvement du cheval pour des patients épileptiques et paralytiques

 

Plus près de nous

 

• Diderot considère que la pratique de l’équitation permet de maintenir une bonne santé ou de la retrouver.

• En 1917, un groupe d’équithérapie est créé à l’hôpital universitaire d’Oxford pour traiter les victimes de la guerre, sur le plan moteur mais également psychologique.

 

Aujourd’hui dans les autres pays

 

• Dans de nombreux pays, la médiation animale, et la mise à cheval font partie intégrante du système de santé. En Norvège et en Italie par exemple, les séances prescrites par un médecin sont même remboursées par leur « Sécurité Sociale »

• Les appellations différentes suivant les pays. Le terme « zoothérapie » est souvent utilisé.

 

Aujourd’hui en France

 

• Différents courants se développent depuis 1965.

Des formations existent, qui viennent en général se greffer sur une compétence professionnelle initiale.

Le terme d’Équithérapie est souvent utilisé à mauvais escient pour toute forme d’équitation à but thérapeutique.

- En réalité, l’équithérapie s’adresse essentiellement au fonctionnement psychologique du sujet.

- L’Hippothérapie est plutôt une prise en charge kinésithérapeutique et sensorielle.

 

- La TAC ou Thérapie avec le Cheval s’appuie sur la qualité des interactions possibles entre la personne, le cheval et le thérapeute.

- L’Équitation Adaptée est une pratique de l’équitation sportive ou de loisir, encadrée par des enseignants d’équitation diplômés, et titulaires en plus du BFEEH (Brevet Fédéral d’Encadrement Équi-Handi). Voir aussi sur le site Cheval et différence

 

L’inscription de la formation d’Équicien au RNCP en fait la première, et pour le moment la seule, profession de la médiation animale à obtenir une reconnaissance officielle en France.

 

Il existe actuellement 3 filières pour accéder à cette profession :

 

• La formation pour adultes, ouverte aux professionnels du secteur paramédical, médico-social, ou de l’équitation, avec un minimum de trois ans d’expérience professionnelle

• La formation initiale accessible après le Bac, avec un niveau équestre minimum exigé (galop 3)

• Cette profession est également accessible par la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience)

 

Demain en France…

 

• Un développement de cette profession, et pourquoi pas une prise en charge par les caisses d’assurance maladie de ce type d’approche, lorsque les séances sont prescrites par un médecin…